Mon panier
0,00
Notre métier

La production de plantes aromatiques et médicinales

Depuis 2005, nous sommes paysans, producteurs de plantes aromatiques et médicinales en agriculture biologique, certifiée par Ecocert. Toutes les étapes de notre production sont manuelles, nous sommes des artisans de la terre.

La Belle Verte - Producteur de plantes aromatiques et médicinales

Nous cultivons une quarantaine de plantes différentes sur 7000 m² environ, répartis sur plusieurs petites parcelles, entourées de haies et bois. Selon les attraits agronomiques des nos terres, nous avons notre parcelle à vivaces « méditerranéennes » où les thyms, le romarin, la sarriette et les lavandes s’épanouissent… Il y a aussi notre jardin à vivaces « gourmandes » comme les menthes ou la mélisse, et notre jardin « fleuri » pour les annuelles où les bleuets, les soucis ou la mauve tentent  de toucher le ciel… Nous cueillons également quelques plantes dans leur milieu naturel comme l’ail des ours, les fleurs de sureau ou la reine des prés…

Notre métier est composé de tâches variées, très distinctes selon les saisons. Les mois se suivent mais ne se ressemblent jamais. Nous vivons pleinement au fil des saisons, à l’écoute de la nature, de ses joies et de ses caprices…

Notre métier au fil des saisons

Après un hiver généralement long, climat haut savoyard oblige, c’est avec un grand plaisir et une grande impatience que nous accueillons les premiers rayons de soleil et la chaleur printanière qui les accompagne, pour repartir apprivoiser notre jardin qui s’éveille.

Les premiers travaux de l’année sont l’entretien, le désherbage des plantes vivaces comme les thyms, sauges, menthes, camomilles… Une tâche que nous aimons pour méditer… Mais, afin d’en limiter le temps (tout de même !), nous utilisons de la toile tissée sur les plantes qui la tolère. Vient ensuite le temps du travail du sol et de sa préparation pour accueillir nos futurs jeunes plantons. Pour nous aider, notre bon vieux cheval mécanique, FIAT Someca est toujours fidèle au poste et ce depuis 1964 date de sa naissance. Pendant plusieurs années, nous faisions nos semis, dans notre petite serre froide.

La Belle Verte - Producteur de plantes aromatiques et médicinales
Notre FIAT Someca

Cependant, après des réussites et mais aussi des déboires, nous avons fait le choix de travailler avec un pépiniériste spécialisé dans les plantons d’aromatiques et de médicinales. Nous recevons donc nos 20 000 plantons, certifiés bio, en plusieurs fois à partir d’avril. Une fois les risques de gelées passés, vient ensuite la plantation. Elle se fait de façon manuelle, avec beaucoup d’humilité, les genoux au sol, le regard face à la Terre. Chaque planton est déposé au sol, sous notre regard bienveillant, car chaque petit planton est la promesse d’une belle récolte pour ravir vos papilles…

En avril, c’est aussi le temps de la première récolte de la saison : les feuilles d’ail des ours. Les sous bois humides nous accueillent plusieurs jours pour cette grande récolte toute en senteur aillée…

Après avoir semé, planté, désherbé, vient l’étape gratifiante du jardinier, la récolte… Munis de paniers et de caisses, nous cueillons, cueillons, et recueillons nos plantes et surtout beaucoup les fleurs.

La Belle Verte - Producteur de plantes aromatiques et médicinalesAfin d’éviter qu’elles noircissent et se détériorent, les plantes sensibles comme la menthe ou la mélisse sont récoltées en début de matinée avant que le soleil ne chauffe leurs feuilles. Par contre les fleurs sont cueillies, pleinement ouvertes, quand le soleil est au zénith. La cueillette des fleurs est notre occupation principale au mois de juillet. Les couleurs roses, jaunes, blanches, oranges, rouges, bleues, mauves garnissent quotidiennement nos paniers. Toutes nos cueillettes se font à la main ou à l’aide d’une paire de ciseaux. Nous attachons une grande importance, durant la cueillette, à l’attention donnée, afin de respecter et préserver la plante. Une fois récoltées, les plantes sont ensuite amenées à l’atelier le plus rapidement possible. Certaines plantes comme la pensée sauvage, le fenouil, la citronnelle, le persil ou la ciboulette vont être hachées avant séchage à l’aide de notre petit “hache-paille”.

Puis vient le temps du séchage… étape très importante. Pour sécher les plantes, il est impératif de suivre les règles de bases afin d’obtenir un produit fini de qualité, ayant gardé toute l’énergie originelle de la plante, à savoir :

  • une basse et constante température (entre 35 et 37 degrés),
  • l’obscurité,
  • une ventilation,
  • l’extraction de l’air chargé d’humidité.

La Belle Verte - Producteur de plantes aromatiques et médicinalesNous sommes particulièrement vigilants et exigeants pour le séchage de nos plantes. Ce serait dommage de dévaloriser tout notre travail et l’énergie donnée auparavant par un mauvais séchage. Pour nous aider, nous avons investi dans une technologie suisse vraiment performante, adaptée sur mesure à nos besoins. Techniquement il s’agit d’une installation pour la conservation naturelle de produits avec la technologie de dessiccation/conservation CFT ®. Nous ne parlons plus de séchage mais de dessiccation. Concrètement, le séchoir se compose de trois modules. Le premier, le cœur de la machine est la “centrale d’air sec” qui déshydrate complètement l’air ambiant avant de l’envoyer dans les deux autres modules. L’un des deux modules est en bois, composé de six grandes claies, généralement utilisées pour faire sécher les différentes fleurs. L’autre, en inox, est un gros bac, plus utilisé pour les gros volumes et les grandes quantités de plantes. En circulant, en circuit fermé, l’air “sec” propulsé se charge en eau au contact des plantes, puis, à la sortie, l’air saturé d’eau se condense et cette eau s’évacue du séchoir. Les plantes les moins “chargées” en eau comme la verveine par exemple peuvent être sèches en seulement 12 heures. Grâce à ce type de séchoir, les plantes sont conservées comme vivantes, en ayant gardé toutes leurs couleurs, odeurs et saveurs.

Le temps rougit. C’est le temps des dernières récoltes au jardin comme la verveine ou la mélisse. La cueillette des feuilles de vigne rouge sur un vignoble en Savoie met le point final à la saison de cueillette.

La Belle VerteLe grenier se remplit… A la sortie du séchoir, c’est le travail manuel des plantes sèches qui commence. Les plantes à petites feuilles, comme le thym, la sarriette ou la lavande, sont frottées ou battues pour faire tomber les feuilles, puis c’est le sassage, opération de tri sur une table à tamis vibrant. Les aromates comme le persil, le basilic, la livèche ou la coriandre, sont réduites en brisures pour leur utilisation. Pour les plantes à grandes feuilles comme la verveine, la mélisse ou les menthes, c’est le temps du mondage, c’est la séparation manuelle des feuilles de leur tige. Nous réalisons cette opération en partenariat avec l’ESAT de La Ferme de Chosal à Copponex (74). Voilà… Toutes nos plantes sont bien préparées. Nous les stockons dans des sacs en papier kraft, doublés d’un film plastique, afin qu’elles ne reprennent pas d’humidité. Et vient le temps de la préparation des mélanges… 1 kg de verveine par-ci, 500 gr de bleuet par là… Les mains de Marion brassent, brassent et brassent encore des kilos de plantes mélangées selon des recettes précises et originales. Et enfin, le conditionnement. C’est l’ensachage ou la mise en pots de nos plantes, réalisés à la main, par nos soins ou pour une partie en partenariat avec l’ESAT Persy-Cat à Pers-Jussy (74).

Retour sur soi… bien au chaud dans sa maison…

La Belle VerteLes sachets ou les pots sont étiquetés en musique, les sirops mijotent dans l’atelier, les commandes se préparent, carton après carton et le séchoir se repose, son ronronnement s’est apaisé… C’est l’heure des bilans sur la saison écoulée et des prévisions sur celle avenir… C’est aussi l’heure des chiffres… La comptabilité est bouclée… Les papiers accumulés sont rangés… Et c’est aussi, le temps du repos… Et puis… vivement le Printemps…. !